Episode 50 – Petit break à Kuala Lumpur

Départ de Thaïlande

Après mes 12 jours de retraite à Phitsanulok en Thaïlande, je reprends la direction de Bangkok en bus. J’ai seulement deux jours pour quitter le pays vu que je suis rentrée sur le territoire en bus et donc je n’ai droit qu’à 15 jours de visa. Du coup, je prends un vol vers Kuala Lumpur en Malaisie. J’ai la chance de trouver un vol pas cher avec AirAsia et donc pour 41 EUR, j’arrive en Malaisie en 2 heures top chrono.

IMG_2467

Pour ceux qui veulent faire la version économique (et longue), sachez qu’il y a un train qui relie Bangkok à Kuala Lumpur, en passant par Hat Yai (dernière ville à la frontière thaïlandaise), ça revient un peu moins cher mais c’est genre 25 heures de train… A vous de voir :)

Kuala Lumpur

Kuala Lumpur est la capitale du pays et aussi la ville la plus peuplée avec 1.600.000 habitants. La ville n’a pas vraiment d’histoire à proprement parler. C’est surtout un point d’entrée facile en Malaisie et un gros hub pour aller n’importe où en Asie du Sud Est.

Après mes deux heures de vol, j’atterris à KLIA2, traduisez « Kuala Lumpur International Airport 2 ». Attention qu’il y a 3 aéroports à KL (oui, les gens cool disent « KL ») mieux vaut donc savoir où vous atterrissez. Il existe, de mémoire, un aéroport Low-Cost, l’aéroport International et encore un autre aéroport qui était l’ancien aéroport militaire.

L’aéroport international est ultra moderne. A peine sorti de l’avion, les magasins luxueux se succèdent jusqu’au contrôle d’immigration. Bonne surprise pour la Malaisie, le visa est de 90 jours et… GRATUIT !! ça fait plaisir vu que les derniers pays visités étaient payants et le séjour limité à 30 jours.

Juste pour info :

  • Cambodge : 35 USD
  • Laos : 30 USD
  • Myanmar (Ex-Birmanie) : 25 EUR (ou 50 USD si vous le faites par internet).

Bref, une fois le contrôle d’immigration passé, je débarque dans un IMMENSE centre commercial et là, c’est cruel… Interdit d’acheter quoique ce soit bien sur, vu que je suis toujours avec mon mini sac à dos et que de toute façon, c’est plutôt hors de prix. Donc je reste calme, je traverse tout sans rien acheter.

Keep calm and don't go shopping

MISSION ACCOMPLIE et mini exploit quand même :) Ceux qui me connaissent comprendront de quoi je parle…

Comment rejoindre le centre de Kuala Lumpur ?

Deux moyens : le train express pour 35 RM (+/- 8,25 EUR) et 30 minutes ou le bus pour 10 RM (+/- 2,35 EUR) en une heure. Evidemment, je prends le bus pour économiser même si le trajet est un peu plus long.

Petite info pratique : si vous devez prendre le métro, essayez d’avoir le compte juste car la machine qui vend les tickets ne rend le change qu’en pièces de 50 cent. Si comme moi, vous n’avez que des billets de 10 RM, ça fait beaucoup de pièces vu que le billet de métro ne coûte qu’1 RM.

Après une heure de bus (super confort), j’arrive à Kuala Central, encore un métro et j’arrive dans ChinaTown pour commencer la recherche d’un logement. Et là, bonheur : c’est la super grosse drache! (Grosse pluie pour les amis français qui me lisent). Celle comme vous imaginez en Asie où vous êtes trempés jusqu’aux os après quelques minutes.

J’avais repéré quelques endroits sur internet mais une fois arrivés sur place, c’est assez pourri et cher donc je galère un peu pour trouver quelque chose de potable. Ça tombe bien car c’est pas du tout pénible de faire le tour des auberges dans une grande ville, sous la drache avec le sac à dos. Et en plus, la plupart des auberges sont à l’étage donc il faut à chaque fois monter les escaliers et en enlevant les chaussures de marche à chaque fois. Ben oui, sinon ce ne serait pas drôle. En même temps, il parait que se faire 4 étages avec le sac à dos, c’est bon pour les cuisses :)

Je finis par atterrir à Raizzi’s guesthouse et pour 27 RM par nuit (+/- 6,35 EUR), j’ai un lit dans un dortoir avec le petit déjeuner inclus. L’auberge est sympa mais je ne la recommande pas du tout car j’ai chopé des puces de lit après la première nuit !!! Ah oui, après les puces de sable à Koh Rong au Cambodge (voir épisode 44), voilà que je me retrouve couverte de piqûres sur à peu près tout le corps… Moi qui venais à peine de me débarrasser des autres piqûres, je suis ravie.

IMG_2516

Ils me changent de dortoir mais il y en a dans l’autre aussi… Malgré la désinfection des chambres, les petites bêtes étaient toujours là donc le séjour ne fut pas des plus agréable…

Je consacre le premier jour à préparer l’itinéraire pour la Malaisie. De toute façon, il pleut toujours donc j’ai pas vraiment envie de mettre la truffe dehors.

Le lendemain, Misha, un californien avec qui j’ai fait la retraite en Thaïlande me rejoint pour faire la Malaisie avec moi. Journée papote et organisation avant de vraiment commencer à visiter le lendemain.

IMG_2446

Le soleil est de retour (plus ou moins), il fait une chaleur de fou mais surtout le taux d’humidité est incroyable.

Au programme des visites, le parc Merdaka et ses alentours et bien sur les incontournables tours Petronas.

IMG_2517

IMG_2495 IMG_2493 IMG_2508

Les tours Petronas

Les Tours Petronas sont les tours jumelles les plus hautes du monde et culminent à 451 mètres. Elles ont été érigées par la compagnie pétrolière Petronas en 1996. Elles ressemblent à des épis de maïs dressés vers le ciel. Elles ont été dessinées par Cesar Pelli et ont coûté la modique somme de 2 milliards de dollars (ah oui, quand même !). Chacune des tours comprend 88 étages (chiffre porte chance) et est prolongée par une antenne de 73 mètres. Elles sont reliées entre elles au niveau du 41ème étage par le skybridge.

(Merci à Maité pour certaines photos)

Petronas Tower 2

fontaine tour petronas tour petronas Petronas Tower 1

Quand on voit ça, on relativise le « scandale » des tours Belgacom de Bruxelles à l’époque :)(Hauteur de 29 étages)

tour belgacom

Pour info, cela coûte 80 RM (+/- 18,85 EUR) pour les visiter et le nombre de places est limité à 800 personnes par jour.

La nourriture en Malaisie

Le lendemain, on enchaîne sur une journée culinaire avec Joyce, une amie à Misha qui vit à KL et nous emmène découvrir les « food stalls » et nous faire goûter quelques spécialités malaises.

Il faut savoir qu’il y a trois grandes populations en Malaisie : les chinois, les indiens et les malais. Du coup, la nourriture est super variée et c’est impossible de ne pas bien manger dans ce pays. Chacun y trouvera son bonheur à coup sur. Par contre, pour les filles qui sont au régime, c’est même pas la peine d’essayer là bas… Tout est assez gras ou en sauce. Mais bon, c’est ce qui fait que c’est bon :)

IMG_2519 IMG_2518

IMG_2526

IMG_2618 IMG_3008 IMG_3012

Ça a été l’occasion pour nous de découvrir le « roti canai », une sorte de crêpe dans les restaurants indiens, servie avec du sambal (condiments à base de piments). C’est juste DELICIEUX !!! Je crois qu’ils n’ont jamais osé calculer le bilan calorique de la chose (ça repose une nuit dans l’huile et après c’est cuit avec de l’huile :) )

IMG_3172

Une autre version du « roti canai », c’est le « roti tissue ». A essayer ABSOLUMENT !! (Et, non, ce n’est PAS trop grand… ça passe tout seul :) 

IMG_3196

Après ces quelques jours de repos dans la capitale, il est grand temps de commencer les visites et nous partons donc en direction des Cameron Highlands, pour la deuxième étape de ce pays.

Les Photos

Une réflexion au sujet de « Episode 50 – Petit break à Kuala Lumpur »

  1. Laura B

    Je suis épatée que tu aies résisté au shopping!!
    Mais je pense que tu rattraperas une fois revenue en BE:-)

    La nourriture a l’air bien appétissante!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *