Episode 5 – San Pedro de Atacama : la ville déserte surpeuplée

Petit rappel de géographie

San Pedro de Atacama est un petit village chilien situé dans le bassin du salar d’Atacama dans le nord du Chili. Le village est dominé par le volcan du Licancabur (5.916 m d’altitude) et par le volcan de Sairecabur (5.971 m d’altitude). Ces deux volcans sont situés à une trentaine de kilomètres à l’est du village.

 San Pedro est LE centre touristique du Nord du Chili mais en fait, c’est grand comme Durbuy. C’est surtout le point de départ pour les expéditions vers la Cordillère des Andes, le salar d’Atacama, les geysers d’El Tatio, le village de Toconao et la Valle de la Luna.

 

Comment arriver à San Pedro de Atacama ?

Depuis Salta en Argentine, nous avons trouvé plusieurs compagnies qui offraient cette liaison jusqu’au Chili :

  • Frontera del norte : le lundi et vendredi uniquement
  • Buses andinos Geminis : le lundi, jeudi ou samedi
  • Pullman Bus : le mardi, jeudi et dimanche

Ils partent tous à 7h du matin et sont offerts en bus semi cama.

Comme nous sommes arrivés à Salta un dimanche, beaucoup d’agences du terminal de bus étaient fermées. Nous n’avons trouvé que Pullman d’ouvert ce jour-là, et ça nous arrangeait car nous voulions quitter l’Argentine le mardi. Au niveau des prix, Pullman et Geminis sont à 480 pesos (+/- 48 EUR). Il parait que Frontera Del Norte est moins chère mais nous n’avons pas pu vérifier.

Infos Pratiques

image

L’arrivée à San Pedro de Atacama est assez surprenante. On s’attend à une ville très touristique puisque c’est le point de départ de beaucoup d’excursions dans le désert de l’Atacama mais quand on voit le terminal de bus, on se demande si on est dans la bonne ville…

Terminal de bus san pedro de atacamaOù loger à San Pedro de Atacama ?

Malgré le terminal de bus qui fait carrément pitié, il s’agit bel et bien d’une ville très touristique et du coup, les prix s’en font ressentir. Quand nous avons essayé de réserver un logement quelques semaines avant le départ, 80% des auberges et hôtels disponibles étaient complets ! Nous n’avons compris plus tard qu’il s’agissait de la fête nationale au Chili et donc les gens avaient quelques jours de congé pour faire un long WE, résultat, la région était encore plus bondée que d’habitude.

Nous avons cependant trouvé deux auberges à des prix « raisonnables » pour la région :

Auberge AJI VERDE

C’est là que nous avons passé la première nuit pour la « modique » somme de 30.000 pesos chiliens (+/- 40€). L’originalité de l’auberge est que tout est fait maison. Les murs et les lits sont en terre, les vitres sont faites à l’aide de fonds de bouteilles. 2014-09-16 18-14-38

Et en bonus, ils ont une biquette qui nous a tenu compagnie une partie de l’après-midi.

2014-09-16 18-01-19

À part ça, vraiment pas grand-chose de positif à dire sur cette auberge : la patronne est antipathique au possible, pas de petit déjeuner inclus alors qu’ils le vendent comme tel, elle est située dans le sable donc il y a une crasse et une poussière incroyable partout.

Donc voilà, c’est comique si vous avez envie d’une ambiance camping dans le désert mais sinon, c’est pas particulièrement une bonne adresse

Auberge MAMA TIERRA

La deuxième nuit nous avons dormi à l’auberge Mama Tierra et là, une toute autre expérience ! Ils n’avaient pas la biquette mais ils avaient une vraie cuisine avec un petit déjeuner énorme (œufs, céréales, pain, dulce de leche, confiture, cacao, etc), de l’eau chaude à volonté (mais vraiment chaude hein ! avec de la pression et tout… où tu peux vraiment te laver les cheveux sans que ça ne te prenne 30 minutes pour essayer d’enlever tout le shampoing), des essuies éponges plus doux que ceux que j’ai chez moi et des toilettes ultra propres (bonheur !). Et enfin un wifi qui fonctionne tout le temps…

En plus, elle est située juste à côté du grand magasin de la ville donc c’est super pratique pour faire ses courses. Attention, quand je dis « grand magasin », ça a la taille d’un paki chez nous mais bon, ils ont vraiment plein de produits qu’on ne trouve pas ailleurs (ice tea, cookies, fruits, etc). Au niveau du prix, on était encore plus cher que de l’autre côté, ça revenait à 55 EUR la nuit pour une chambre double (ils n’ont pas de dortoirs).

Que faire à San Pedro de Atacama ?

Il y a toute une série d’excursions à faire dans la région que les agences vous vendent au détour des rues. Après 10 minutes, on avait déjà un devis pour 8 excursions en deux jours (oui, oui, vous avez bien lu : 8 !). Tout est assez proche donc chaque excursion prend environ 2 heures. Et bien sûr, ils se font plaisir sur les prix ! Voici un petit aperçu de ce qu’il y a à voir dans la région :

Les prix sont ceux que j’ai eu via l’agence Ayllu. Je n’essaye pas de faire de la pub mais je trouve que leur site est bien fait, n’hésitez pas à cliquer sur les liens pour voir en un coup d’œil en quoi l’excursion consiste.

Nous passons par San Pedro de Atacama car c’est le point de départ d’un trip de 3 jours vers le salar d’Uyuni (voir épisode 6) et donc nous n’avons pas fait ces excursions car elles étaient un peu « redondantes » avec ce qu’on allait voir durant notre périple en Bolivie.

Excursion à vélo dans la vallée de la lune

Nous avons quand même décidé de faire une activité sur la journée… et comme je n’en pouvais plus du car, j’ai proposé de faire la visite en vélo ! Plusieurs agences proposent de louer des vélos pour aller visiter, entre autres, la vallée de la lune.

2014-09-17 15-17-22

J’avais lu beaucoup de critiques positives sur cet endroit. Au niveau des prix, c’est la même chose dans toutes les agences peu importe l’endroit où vous décidez d’aller : 4.000 pesos chiliens (+/- 5 EUR) les 6 heures. Nous avons choisi l’agence à la tête des vélos (ceux qui avaient l’air en meilleur état :) )

Donc en ce mardi 17 septembre, nous voilà parti pour LA fameuse excursion. Le type à l’auberge nous dit que, d’un point de vue météo, c’est le pire jour qu’il ait vu en 6 mois dans la région (t’avoueras c’est pas de bol !). Mais bon pour eux, le pire jour, ça veut dire très nuageux avec 24 degrés, en tant que Belges, on a très bien survécu à cette météo soi-disant difficile.

Rudy était quand même super stressé et pensait que ce n’était pas une bonne idée. Non pas pour la météo mais plutôt parce qu’il restait sur son impression de la Croatie où nous avions loué des vélos pour visiter la ville et où j’étais tombée après 12 minutes en m’explosant le dos :)(Oui, je ne suis pas une star du vélo!). Et là, le trip s’annonçait difficile puisque les chemins étaient loin d’être praticables partout. Mais en même temps, c’était ça où on ne visitait rien car il était hors de question pour moi de remonter dans un car (enfin, jusqu’au lendemain quoi…).

Bref nous voilà parti à vélo dans la vallée de la lune. Le gars de l’agence nous avait vendu ça comme « 16 Km à plat à faire en 40 minutes, voire une heure si vous vous arrêtez pour faire beaucoup de photos ». Donc grosso modo, en deux heures tu avais tout visité… Bizarre que toutes les agences te louent le vélo pour 6 heures du coup… On a vite compris qu’on c’était loin d’être plat et qu’on allait ramer (enfin, surtout moi vu ma condition physique excellente et mon habilité naturelle à tenir sur un vélo).

2014-09-17 14-18-31

Vous remarquerez au passage, le superbe casque en déco « dragibus » que je me suis choisis…

D’ailleurs merci Pat et Marie Christine pour les dragibus de réconfort offerts avant le départ, ils ont eu toute leur utilité ce jour-là !

Casque Dragibus

Comment ça se passe en pratique ? Il faut d’abord rouler 6km sur une route bétonnée. Là, tu te dis que c’est facile. Il y a beaucoup de vent, tu avales des tonnes de poussières à chaque camion qui te dépasse mais tu sens que ça va aller. Puis après les 6 Km, il faut s’arrêter pour aller payer l’entrée à la vallée… « eeeuhh pardon ? Ben, c’est une route donc pourquoi il faudrait payer ? ». Ils ont tout compris ces chiliens sur comment se faire des sous sur le dos des touristes car bien sûr, il n’y a que les gens en vélo qui payent le droit d’entrée. Bref, après avoir payé le payage à vélo (2.000 pesos soit environ 2,60 EUR), tu peux repartir et là, subitement, la route se transforme en « terre battue avec des cailloux »…

2014-09-17 15-15-56

Bon, ce n’est pas ingérable mais tu sens qu’il est temps de te concentrer pour ne pas tomber. Surtout que tu as eu la très bonne idée de mettre une jupe donc si tu tombes, tu te fais bien bien mal (preuve à l’appui car il y a une fille qui est tombée juste devant nous, et bien elle ne rigolait pas, alors qu’elle avait mis un pantalon, elle).

Après une grosse demi-heure de vélo, tu arrives au contrôle du ticket (au cas où tu aurais oublié de payer avant) et là, tu peux commencer à visiter ce qu’ils appellent « le canyon » et « las cavernas de sal ». Donc pour le canyon c’est une heure de marche dans le sable, c’est magnifique mais vraiment crevant… ce n’est pas comme quand tu marches le long de l’eau à la mer du nord et que le sable est dur, non, non, c’est plutôt comme si tu escaladais des dunes pendant une heure. Avec quand même des cailloux à grimper. Et c’est là que tu es content qu’il fasse nuageux car la même chose sous un soleil de plomb, je crois que tu ne rigoles vraiment pas.

2014-09-17 15-35-07

Une fois sorti du canyon, tu peux visiter les cavernes de sel. Ce qu’ils oublient également de te dire à l’agence c’est qu’il va falloir un petit peu se faufiler et donc quand tu as pris un gros sac à dos c’est moyen pratique. Mais c’est vraiment gai à visiter. L’agence fourni une lampe frontale par personne pour les endroits où il n’y a pas de lumière naturelle.

2014-09-17 15-22-47 2014-09-17 15-24-21

Après ces deux visites, tu es déjà bien fatigué et là, commence la partie amusante en vélo : les montées !! Alors Steve, si tu me lis, je ne parle pas de petites montées genre les faux plats sur le ravel à Ans, NON, je parle de vraies montées ou tu crèves sur ton vélo et que tu dois t’arrêter à certains moment pour pousser ton vélo dans le sable… En plus, avec l’altitude, le moindre effort te fatigue vraiment beaucoup. Et à ce moment précis, tu maudis un peu le gars de l’agence qui t’a vendu ça comme une ballade de courtoisie avec que des chemins « plats »…

Mais comme le paysage est vraiment magnifique, tu ne te plains pas, tu prends un dragibus de réconfort et tu pousses ton vélo gentiment.

Après, je ne sais pas combien de km, il faut s’arrêter et attacher le vélo pour monter une dune à pied (la Duna Mayor) et là, c’est vraiment grandiose. Tu arrives sur une immensité de sable avec une vue sur le reste de la vallée et l’amphithéâtre (une sorte de formation naturelle à la forme d’un amphithéâtre).

2014-09-17 17-16-53 2014-09-17 17-22-12

Après ça, il y a moyen de continuer encore un petit bout pour arriver au lieu-dit « Las Tres Marias » qui est apparemment, le TRUC à voir sur la visite. En réalité, il s’agit de 3 cailloux avec une forme plus ou moins de personnage et ils ont baptisé ça « les trois Marie »… vu qu’il commençait à se faire tard, on a décidé de skipper cette partie pour garder nos forces pour le retour et être sûr de rendre le vélo à l’heure (oui, vous l’aurez compris, ça ne nous a pas du tout pris deux fois 40 minutes, loin de là…)

Et le retour, tu crois que ça va être gai car il n’y a que de la descente sauf que tu fais tout avec le vent de face…Et pas une petite brise sympa pour te rafraîchir, non, non, le gros vent de face qui t’empêche d’avancer et qui te glace jusqu’aux os…

Je crois que le gars de l’agence se marre à chaque fois qu’il voit partir les touristes en leur ayant fait croire qu’ils sont partis pour deux heures max et qu’il les voit rentrer complètement lessivés et à bout de souffle. Si vous voulez passez un bon moment, asseyez-vous devant l’agence vers 18h30 au moment où tout le monde ramène son vélo, c’est drôle…

Quoiqu’il en soit, on s’est super bien amusés et je recommande vraiment de le faire en vélo plutôt qu’en car. Ils arrivent tous en même temps au même endroit et du coup, pour les photos, c’est un peu blindé de monde alors qu’en vélo, on était tout seuls.

Infos Pratiques

Photos

5 réflexions au sujet de « Episode 5 – San Pedro de Atacama : la ville déserte surpeuplée »

  1. Nathalie

    Ton sourire est un bonheur a l’état pur … Enjoy et on est tous derrière toi ❤️❤️❤️❤️

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *