Episode 12 : Arequipa, l’autre ville blanche

Comme vous l’aurez compris dans l’épisode 11, l’arrivée à La Paz n’a pas été une réussite. Nous décidons donc de partir dès le lendemain vers Arequipa au Pérou.

la paz

Nous étions censés faire un arrêt à Copacabana sur les rives du lac Titi Caca mais vu la météo annoncée, nous préférons passer cette étape : se retrouver 3 jours sous la pluie au bord d’un lac, ça n’amuse personne.

Comment rejoindre Arequipa en bus ?

Nous n’avons trouvé que 3 options pour relier La Paz et Arequipa en bus :

  • La compagnie Ormeno : le guichet était fermé quand nous nous y sommes rendus. J’ai lu sur les forums que c’était le mieux pour relier Arequipa à La Paz. Mais nous ne voulions pas risquer de passer une journée de plus à La Paz donc nous avons préféré jouer la sécurité et acheter notre billet via une autre compagnie (oui, c’était à ce point-là pour La Paz!)
  • La compagnie Littoral International : pour 180 Bolivianos par personne (+/- 21 EUR), ils proposent un départ à 8h30 du matin avec une arrivée à 21h à Arequipa. Seulement un changement de bus à Puno. C’est l’option que nous avons choisie.
  • La compagnie Titi Caca International : ils proposent un départ à 14h30 avec deux changements de bus et une arrivée à Arequipa à 4h30 du matin pour 170 Bolivianos par personne.

A refaire, je pense que le mieux serait de prendre un premier bus « La Paz – Puno » environ 6 heures et puis de Puno, s’acheter un billet vers Arequipa avec une autre compagnie. Nous n’avons pas pu choisir le bus péruvien (ils avaient un partenariat avec la société bolivienne du premier trajet) et les bus n’étaient pas terribles… (version polie pour ne pas dire pourris).

Petit détail qui a son importance, il faut payer une taxe d’embarquement dans le bus. Personne ne nous l’avait dit et nous n’avions bien sur plus de bolivianos puisque nous quittions la Bolivie. Résultat : au moment de démarrer, un monsieur vient et nous demande 2 Bs pour pouvoir monter dans le bus (où on était déjà installés). Heureusement, on a pu négocier de payer en Dollars américains (ils sont assez fans en Amérique du Sud de ce petit billet vert) et nous avons pu rester dans le bus. Après l’épisode de la veille, ça nous aurait fait moyennement rire de rater le bus pour une taxe à 0,25€

Autre détail avec encore plus d’importance que le premier : il n’y a aucun repas servi à bord ! Pensez à prendre de quoi manger avec vous (et pas de toilettes non plus !!!)

Le passage de la frontière Péruvienne

Pour passer la frontière, le bus s’arrête à Desaguadarero. Tout le monde doit descendre, sans les bagages et aller faire estampiller son passeport à la douane bolivienne.

Bolivie Depart vers Arequipa 039

Bolivie Depart vers Arequipa 035

Après ça, il faut passer un pont à pied pour arriver au Pérou et obtenir un cachet d’entrée à la douane. Il n’y a rien à payer contrairement à ce qu’on nous avait dit. Les bagages ne sont jamais contrôlés et on peut rentrer avec toute la nourriture qu’on veut (contrairement au Chili où c’est beaucoup plus strict).

Bolivie Depart vers Arequipa 036

Le bus vous attend de l’autre côté de la frontière. Attention, à bien changer les heures quand vous arrivez au Pérou (1 heure de moins par rapport à la Bolivie).

Bolivie Depart vers Arequipa 037

Puno et le lac Titi Caca

Nous avons donc changé de bus dans la petite ville de Puno, réputée pour son tourisme autour du lac. Après quelques photos du lac, nous sommes remontés dans le bus suivant pour arriver à Arequipa, notre destination finale. Tout le monde parle de Puno comme une super ville touristique, nous ne sommes pas vraiment tombés sous le charme. En même temps, en une heure, on n’a pas fait grand-chose.

Bolivie Depart vers Arequipa 046

Et pour ceux qui veulent voir l’envers du décor, voilà à quoi ça ressemble une journée de voyage :

Bolivie Depart vers Arequipa 060Tu attends ton bus pendant une heure sur un parking de bus, assis sur un petit plot inconfortable en avalant un vieux sandwich au fromage…Et oui, c’est aussi ça le voyage !

Vous remarquerez au passage mon air complètement épanoui sur le moment :)

Conseil : évitez Juliaca !

Juste après Puno, nous passons par la mini ville de Juliaca. En lisant le lonely planet on a presqu’envie d’y séjourner. Juste pour vous prévenir : c’est HORRIBLE !! je ne dis pas souvent ça car je préfère que chacun se fasse sa propre opinion mais là, vraiment, je préfère vous mettre en garde, c’est pas glamour du tout : pauvreté, saleté, pollution, etc. Les routes ne sont pas finies et c’est vraiment loin d’être un endroit de villégiature. Donc si l’envie vous venait de vous arrêter dans un village un peu moins touristique que Puno pour visiter le lac Titi Caca, ne choisissez pas Juliaca !

Bolivie Depart vers Arequipa 067

Bolivie Depart vers Arequipa 069

Petite anecdote sur le trajet en bus

Arequipa : gros coup de cœur !

Après ce mémorable trajet de bus, nous arrivons enfin à Arequipa vers 21 heures. Vu qu’il fait noir, qu’on n’a pas de plan de la ville et que généralement, on tourne pendant une heure pour trouver notre auberge, nous décidons de prendre un taxi. Brillante idée puisque cela ne nous coûte que 8 soles ( +/- 2 EUR). Le taxi nous dépose à notre auberge mais là, petit hic, nous n’avons pas de réservation et c’est complet. Heureusement, j’ai un plan B, qui n’est pas trop loin de la première auberge… Nous demandons un plan de la ville et marchons jusque-là mais… C’est complet aussi. Après 12h30 de bus, c’est moyennement drôle :(

D’ailleurs, à ce moment précis, on a une petite pensée pour les participants de Pekin Express qui doivent se trouver un logement après des journées bien chargées, ça doit être pénible (oui, j’aime bien Pekin Express…:))

Alors, vous vous dites surement, « ben pourquoi, ils n’ont pas réservé ? c’est pas très malin… « . Parce que si vous avez lu, nos aventures pour arriver à Salta (lire l’épisode 2), nous avons un peu perdu confiance dans l’exactitude les horaires de bus. Comme nous n’étions pas surs d’avoir notre connexion à Puno, nous avons préféré ne pas réserver en nous disant qu’il y aurait surement de la place… Et bien non…C’est bête parce que d’habitude on réserve et la moitié de l’auberge est vide… Loi de la vexation universelle (je ne sais pas si elle existe en vrai, sinon je l’invente).

Bref, les gens de la deuxième auberge, devant nos têtes dépitées, prennent les choses en main, appellent quelques amis et nous trouvent un logement à deux rues de là ! Choupiiiie un lit !

Nous avons donc atterri à l’auberge : Sol De Oro

C’est pas le grand luxe mais pour 25 soles la nuit (7 EUR par personne), on est très contents de ce qu’on a. Au petit matin, un super déjeuner sur une mini terrasse très accueillante. Jus de fruit frais, miches, confiture et un semblant de café.

Perou - Arequipa - 069

Visite de la ville

Arequipa est surnommée la ville blanche. Tout comme Salta en Argentine et Sucre en Bolivie, sauf qu’ici, c’est vraiment le cas. La plupart des bâtiments sont blancs et très bien conservés. Les rues sont propres et tout est très bien entretenu.

On nous propose une visite guidée de la ville en groupe gratuite. Apparemment, c’est organisé par la ville et c’est tous les jours à 10h30 ou 15h. Il faut s’inscrire au bureau d’information touristique sur la place principale. Nous préférons nous lever à notre aise le matin et partir nous même à la découverte de la ville.

Nous commençons par la « Plaza de Armas », c’est vraiment très joli et très animé

Perou - Arequipa - 006

Il faut savoir qu’au Pérou, la plupart des villes possèdent une place qui porte ce nom. C’est la place principale de la ville.

Les pigeons sont un peu l’attraction de la place. Les gens achètent des graines aux marchands ambulants pour se prendre en photo en les nourrissant…

Perou - Arequipa - 007

Ensuite nous partons direction le couvent de Santa Catalina.

Le couvent Santa Catalina à Arequipa est le plus grand couvent du monde et le plus important édifice religieux du Pérou. Il abrite une communauté de sœurs carmélites. Le couvent Santa Catalina a été construit en 1579. Sa surface est de 20 462 m². Il hébergeait 450 religieuses en clôture, qui n’avaient aucun contact avec le monde extérieur jusqu’en 1970. Aujourd’hui, il compte environ 40 carmélites.

Le couvent est si vaste qu’il est semblable à une petite ville avec ses rues, ses jardins, ses cloîtres et ses parcs. Le couvent est au centre de la ville d’Arequipa, classée au patrimoine mondial. Il a conservé son architecture originale du XVI siècle. (Merci l’ami Wiki pour ces infos).

Perou - Arequipa - 018

Pour info, l’entrée coûte 35 soles par personne (+/- 9,85 EUR) et il y a moyen de faire la visite guidée sans réservation. Toutes les guides (bizarrement ce ne sont que des femmes) se tiennent à l’entrée et vous accueillent dans votre langue maternelle. Première fois qu’on entendait quelqu’un nous parler français depuis notre arrivée (hormis les touristes bien sûr). Le prix de la visite guidée est laissé à l’appréciation de chacun mais elles demandent un minimum de 20 soles (+/- 5 EUR) pour 2 personnes pour une heure de visite.

Perou - Arequipa - 038

Après ça, nous flânons dans les rues à la recherche d’un Starbucks… Oui, je sais c’est un peu bête de se taper le Pérou pour se boire un café Starbucks mais j’en peux rien, quand j’ai vu le gobelet vide dans une poubelle, c’est comme le réflexe de Pavlov, il m’en fallait un ! Après avoir demandé à plusieurs personnes, on finit par tomber sur un « Cusco coffee », une espèce d’imitation péruvienne du Starbucks. On se contentera finalement de ça parce qu’on a jamais trouvé le Starbucks.

Cusco coffee

Toutes ces visites, nous creusent l’appétit et on se met à la recherche d’un endroit où manger. Comme Arequipa est une ville fort touristique, je me dis que c’est une bonne idée d’éviter de le centre et de demander conseil à notre auberge pour manger un peu local. Ce qui n’est pas très malin, vu notre épisode 3 à Cafayate. Mais bon, ça c’était l’Argentine, peut être qu’au Pérou c’est bien de manger local ?

Et bien… non…

Nous allons donc au resto que notre hôte nous renseigne et là, on comprend vite qu’elle n’a pas menti : c’est local… Nous sommes les deux seuls touristes et tout le monde nous regarde. Il n’y a que le menu du jour, pas de carte.

En entrée : Salade ou soupe

En plat : poisson frit ou ??? (on a toujours pas compris)

On part sur une soupe et une salade. Très bon choix pour la salade. En ce qui concerne la soupe, je suis toujours persuadée que c’était des tripes. Rudy affirme que c’était du poulet qui avait gonflé à l’eau (je pense qu’il essaye d’y croire pour se rassurer).

Perou - Arequipa - 067

Et le plat, nous avons tous les deux opté pour le plat mystère car le poisson dans les assiettes de nos voisins nous inspirait moyennement. On ne sait pas trop ce que c’était mais ça ressemblait à des fèves avec une sauce tomatée, du riz et beaucoup d’échalotes.

Pour les boissons, on essaye de commander à boire et on remarque que tout le monde boit la même chose : comment dire… du pipi :) on rigole entre nous avec ça avant de passer commande. On essaye de demander une bière et un coca zéro mais là, il nous explique qu’il ne sert pas de boissons mais qu’on peut avoir un « pichet de rafraîchissement ». On accepte (vu qu’il n’y a que ça) et là, à notre grande surprise c’est tiède comme du pipi ! Et pour le goût… difficile à dire car on a jamais goûté de pipi mais ça devait s’en rapprocher. Bref, on a attendu d’être à l’auberge pour boire notre eau minérale comme de bons touristes que nous sommes.

Dernière activité de la journée, se réserver notre excursion suivante : un trek de 3 jours dans le canyon de Colca. Nous décidons de la réserver dans l’auberge de la veille vu qu’ils avaient été bien gentils de nous trouver un lit à 10h du soir. Donc tant qu’à payer une commission à quelqu’un autant que ce soit eux. Nous apprendrons le lendemain que nous avons payé plus cher que les autres :) Mais bon, on a fait plaisir à quelqu’un, c’est le principal. En attendant l’épisode 13 sur le trek, voici déjà quelques photos d’Arequipa.

Les Photos

 

Une réflexion au sujet de « Episode 12 : Arequipa, l’autre ville blanche »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *