Episode 1 – Les chutes d’Iguazu

Voici enfin le premier article !! Il résume les deux premiers jours de visite en Argentine et au Brésil. Il est assez long et détaillé mais rassurez-vous, ce ne sera pas comme ça à chaque fois. Suite à un petit soucis de bus, j’ai eu de looooongues heures à tuer ce qui explique la taille de l’article. Bonne lecture :)

Petit rappel de géographie

Commençons d’abord par un rappel géographie : Les chutes d’Iguazú (en espagnol: cataratas del Iguazú) comptent parmi les plus belles du monde. Elles sont situées au milieu de laforêt tropicale, à la frontière entre l’Argentine(80%) et le Brésil(20 %), non loin du Paraguay. Il ne s’agit pas à proprement parler d’une chute, mais d’un ensemble de 275 cascades formant un front de +/- 3 km. Elles sont inscrites au patrimoine mondial par l’UNESCO depuis 1984. Pour plus d’infos, n’hésitez pas à consulter l’ami Google ou Wikipedia.

Des deux côtés des chutes, les gouvernements brésilien et argentin ont créé des parcs nationaux, le parc national de l’Iguaçu au Brésil et le parc national d’Iguazú en Argentine (comme vous pouvez le constater, ils n’ont pas cherché à être originaux sur les noms).

Jeudi 11 septembre : Visite du côté brésilien

Après 11 heures et demi d’avion pour relier Londres à São Paulo, nous atterrissons enfin au Brésil ! De cet aéroport nous pouvions rejoindre les chutes en bus (+/- 25 heures) ou en avion (1h40 top chrono), le choix a été vite fait…

Infos Pratiques

Nous voilà donc dans l’avion, direction Iguazu, un peu fatigués et pas très frais mais complètement excités !!! On nous avait promis une super vue sur les chutes à l’atterrissage mais en fait, on ne voit pas grand-chose car l’avion passe assez loin (voir petite brume blanche sur la photo ci-dessous)

Chutes vues de l'avion

De plus près, ça donne ça le côté brésilien :

Bresil - Panoramique Iguazu

 

Comment arriver au parc ?

En sortant de l’aéroport, nous savions qu’il fallait prendre un bus pour aller jusqu’aux chutes. Après quelques questions à gauche, à droite, on trouve l’endroit où attendre le bus. Il n’y a pas de panneau mais si vous devez y aller, c’est facile : c’est là, où il y a tous les gens avec les sacs à dos :)

On a attendu le bus une petite vingtaine de minutes et là, deux bus identiques sont arrivés en même temps. Tout le monde est entré dans le premier et le deuxième bus ne s’est même pas arrêté. Heureusement, je demande quand même en entrant dans le bus si c’est bien le bus pour aller au parc national et la dame me dit : « ah non, c’est celui qui vient de passer »…

Bien pensé de faire deux bus exactement les mêmes sans indications et qui ne vont pas aux mêmes endroits.

Bref, il fallait encore attendre une demi-heure pour le bus suivant, sans être certain de monter dans le bon donc nous avons décidé de prendre un taxi (20 Reals au lieu de 8 pour le bus). Après toutes les heures de trajet qu’on venait de faire, on pouvait bien se payer ce petit « luxe ».

Un gentil monsieur nous a donc chargés dans son taxi et après 5 minutes, nous étions déposés à l’entrée du parc. C’est vraiment super bien organisé, on dirait les guichets de Walibi ou Plopsa chez nous. L’entrée nous a coûté 118 Reals pour deux avec la consigne des bagages.

Infos Pratiques

Nous avons pu laisser nos bagages dans une consigne à l’entrée du parc et puis enfin débuter la visite. Elle a commencé par un bus qui nous a emmené directement jusqu’au premier point de vue des chutes.

Arrivée Iguazu côté brésilien

Après la première cascade, c’est un petit sentier de marche qui longe les cascades de loin pour finir par le clou du spectacle, une passerelle d’où on peut approcher une des cascades de très près. Ils vendent des ponchos juste à l’entrée de la passerelle, je me suis dit « ils exagèrent un peu avec leur poncho, c’est pas pour 3 gouttes …» et bien en fait, c’est tout à fait justifié : la cascade est tellement forte que le temps de faire deux ou trois photos et on finit trempés jusqu’aux os.

La visite se termine par un ascenseur pour avoir une vue d’ensemble sur une des grandes cascades.

IMG_0364

 

La ballade n’est pas très longue (+/- 2 heures sans s’arrêter pour manger) mais ça vaut vraiment la peine de la faire, ça donne une vue très différente de la vue du côté argentin.

 Les coatis, nos nouveaux amis… ou pas !

Nous avons eu l’occasion de croiser des coatis, une sorte de raton laveur qu’on ne trouve qu’en Amérique du Sud et Centrale.

Au premier abord, ça a l’air sympa mais on se rend vite compte qu’ils ne sont intéressés que par la nourriture et qu’il ne faut surtout pas les approcher. C’est loin d’être la grosse peluche qu’on imagine, d’ailleurs les affiches disposées partout dans le parc expliquent bien qu’il ne faut pas s’y frotter.

coatis

Morsures coatis

Comment quitter le Brésil pour rejoindre l’Argentine?

Pour quitter les chutes et rejoindre l’Argentine, il faut prendre un bus de la compagnie Cruz Del Norte. Il vous y emmène en 45 minutes (incluant les deux passages frontières) pour 8 Real par personne.

Nous ne nous étions pas renseignés sur les horaires et à la fin de notre visite, nous nous sommes rendu compte qu’il fallait encore attendre une heure et demi avant le prochain bus et que nous n’avions plus de Reals (en cash) pour payer le bus :) Nous avons donc décidé de prendre un taxi pour éviter d’attendre et pour pouvoir payer par carte (70 Reals).

C’est le chauffeur de taxi qui nous a fait passer les deux frontières sans aucune difficulté. Pour quitter le Brésil, il faut aller dans un minuscule bureau et montrer son passeport pour avoir un cachet de sortie.

Pour entrer en Argentine, c’est une espèce de « drive in ». On n’a même pas eu à sortir de la voiture, juste ouvrir la fenêtre et faire un coucou à la madame pour qu’elle mette un cachet.

Après une quinzaine de minutes, nous étions donc en Argentine. On a dormi dans une petite auberge sympa pas loin de la gare des bus de Puerto Iguazu : Poramba Hostel. Le personnel est vraiment adorable et ils nous ont renseignés sur la visite du lendemain. Pour 258 Pesos la nuit, nous avons eu une chambre de 4 avec une salle de bain privative (eau chaude inclue !) et un support mural de TV (on a jamais trouvé la TV :) . Le petit déjeuner du lendemain était super copieux.

Bien sûr le soir, on s’est fait notre premier resto argentin pour manger, devinez quoi… du STEAK !! Miam miam

Vendredi 12 septembre : Visite du côté Argentin

Après une nuit de presque 12 heures, nous nous sommes mis en route pour la 2ème journée de visite des chutes.

Infos Pratiques

Comme je l’expliquais au début de l’article, la majorité des chutes sont sur le territoire Argentin. Ils ont aménagé plusieurs circuits de visites au milieu de la forêt et au-dessus des différentes branches du fleuve, via des passerelles. Il est possible de s’approcher à quelques mètres seulement des chutes. C’est vraiment TRES impressionnant de par leur taille et le bruit assourdissant qu’elles produisent. L’ensemble des cascades déverse jusqu’à six millions de litres d’eau par seconde. La plus haute d’entre elles atteint les90 mde hauteur. Pour vous donner un point de repère, la Cascade de Coo (qui est la plus importante chute d’eau de Belgique) a un dénivelé de 15 mètres :) Bref, c’est très grand !

Cascade de Coo

cascade de coo

Iguazu – Argentine

Argentine - Iguazu 095

Nous n’avons pu visiter que le circuit inférieur et le circuit supérieur. L’île Saint Martin et la Garganta Del Diablo sont fermées depuis le mois de juin suite à des crues violentes qui ont détruit une partie des infrastructures du parc. Apparemment, il faudra des mois pour la reconstruction.

Plan parc Iguazu Argentine

Sinon à part les chutes, c’est un peu la fête des animaux en tous genre aussi (normal vu qu’on est dans la forêt tropicale). Au programme, iguanes, coatis, papillons, sorte de salamandres, colibris, oiseaux très colorés qui font plein de bruit mais dont j’ai aucune idée du nom, crocodile (on en a repéré qu’un) et singes (mais on en a pas vu). Et bien sûr, toutes sortes de plantes qu’on ne trouve qu’ici.

 Il y a aussi moyen de faire une petite balade de 3,5km qui s’appelle le « Macuco Trail » pour voir d’autres espèces de plantes. On a fait une partie mais on n’a pas été jusqu’au bout parce qu’avec les 36 degrés, le décalage horaire et les heures de marche qu’on venait de faire pour visiter le reste du parc, on préférait économiser nos forces pour la suite. (Bon OK, et un peu aussi parce que j’étais en sandales ouvertes et que j’avais les chocottes des araignées et de toutes les petites bêtes de la forêt).

Infos Pratiques

C’est juste magnifique ! Mais vous allez pouvoir vous en rendre compte par vous-même via les photos (pour vous y retrouver c’est simple : s’il y a des nuages et que j’ai une blouse orange, c’est que c’est le côté brésilien. S’il y a du soleil et que j’ai une blouse noire, c’est le côté argentin, facile non ? :) )

6 réflexions au sujet de « Episode 1 – Les chutes d’Iguazu »

  1. marla

    j’ai aime ceci moi personnellement j’aimerais la visiter un jour j’ai ete faire des recherches parce qu’il attirait mon attention c’est vraiment formidable

    Répondre
  2. Eric

    Faut reconnaître que les chutes de Coo, c’est un peu moins impressionnant. Mais par contre c’est mieux fréquenté (je pense à la grande bête pleine de dents : y a pas ça chez nous). Superbes images en tout cas.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *